Candide fou, fou, fou pour les fêtes

Geplaatst op 17 dec 2009

Candide fou, fou, fou pour les fêtes

C’est cette version que propose l’Opéra flamand, spectacle de fête original qui permet à la fois une lecture au premier degré tout en humour et légèreté et une réflexion plus approfondie sur le bonheur, la différence ou l’intolérance.

Pour la mise en scène, le choix de Nigel Lowery s’avère excellent: l’humour gentiment déjanté de l’Anglais, son sens de l’actualité dans le choix des références visuelles, son inventivité constante et son esthétique empruntant autant à la bande dessinée qu’aux dessins animés en tout genre ... servent idéalement l’ouvrage. ...  Virtuose à chaque instant, la lecture de Lowery résout ainsi la question: tout à la fois musical, opérette et opéra, un "Candide" tel que celui-ci trouve pleinement sa place dans une saison lyrique....

son (nvdr Yannis Pouspourikas) sens de la couleur et du détail font merveille, soulignant au passage les liens qui unissent l’ouvrage de Bernstein et le presque contemporain "Rake’s Progress" de Stravinsky. Excellent choix des interprètes, tant pour leurs gueules de l’emploi que pour leurs capacités vocales, avec mention spéciale pour l’extraordinaire Cunégonde de Jane Archibald (son "Glitter and be gay" est un morceau d’anthologie tant visuel que vocal), l’attachant Candide, doux comme un ours en peluche, de Michael Spyres ou l’inquiétant Pangloss/Martin de Graham Valentine, inénarrable jusque dans sa façon de chanter l’anglais avec un (faux) accent allemand.

- La Libre Belgique

Lees meer


Gerelateerde producties

  • Candide, bastaardkind van adellijke afkomst, en zijn stille liefde, jonkvrouw Cunegonde, leven samen met hun gevolg in de ‘beste van alle mogelijke werelden’, zoals...